top of page
  • Photo du rédacteurAdministration ADELIS

La Résidence Kersalic de Guingamp

Un aménagement innovant, ouvert sur l’extérieur et conçu comme lieu de vie



La Résidence Kersalic est un​ Ehpad (établissement pour personnes âgées dépendantes) public de la ville de Guingamp en Bretagne. En une dizaine d’années, sous la houlette de la directrice Corinne Antoine-Guillaume, elle a transformé ses espaces pour offrir sept lieux qui s’adaptent aux rythmes des 72 habitants, majoritairement désorientés, en situation de vulnérabilité. Repérée, la résidence a fait l’objet de nombreux reportages.




Résidence Kersalic — EHPAD 

46 rue du Marechal Foch 22200 — GUINGAMP Tél. 02 96 44 51 51 Contact secretariat-kersalic@orange.fr


Un établissement conçu par village


Chaque habitant habite un des quatre villages aux consonances bien bretonnes : Ty Ker, Ty Ar Menez, An Ty Bihan, Ty An Héol. Chaque village a son ambiance, ses couleurs, son décors pris en main par les équipes professionnelles polyvalentes. ​“Et les olympiades entre villages montrent l’attachement des habitants à leur clocher” souligne Corinne Antoine-Guillaume, ​“preuve qu’ils ont bien repris racine et sont fiers de leur lieu de vie.”

Les appartements sont spacieux, avec chacun son pas de porte, sa boite aux lettres. Le kiosque de la Poste au rez-de-chaussée montre que le courrier sera bien distribué avec monsieur Cordier, dans le rôle du facteur. ​“Nous allons entamer des travaux pour mettre aux normes les salles de bain peu accessibles” explique Corinne Antoine-Guillaume.


Monsieur Cordier, le facteur. Il habite la résidence de Kersalic avec sa femme et apprécie aussi sa fonction de facteur au sein de la résidence avec sa casquette, son gilet et son déambulateur customisé. Monsieur Cordier est ch’ti d’origine, fan de l’équipe de Lens : le es murs de la résidence Kersalic raisonnent de cet engagement « En avant Guingamp ! »

Plongée dans les sept lieux de la maison


Dès l’entrée de la résidence : un arbre vous présente chaque habitant, invité à reprendre racine dans cette maison, dans son ​“chez soi”.


A côté du triporteur qui indique que les sorties sont de mise, des horloges vous plongent dans les différents mondes des habitants de la maison, chacun dans son village, dans son espace physique et mental

Le visiteur est invité à larguer les amarres pour voguer au rythme de chaque habitant. Ici aucun jour ne se ressemble. Les handicaps, les maladies neurocognitives sont l’occasion de voyages à la rencontre des univers personnels, uniques.Aux sourires et attentions les uns envers les autres, certains jours sont plus difficiles que d’autres ? 


Rien ne sert de résister, de recadrer dans notre réalité, d’obliger :  autant s’adapter, s’ajuster et reporter… sans abandonner le besoin d’accompagnement.


C’est subtil et cela demande un investissement constant d’une équipe de direction avec un.e infirmier.e pilote de l’équipe de chaque village. 

Les scènes difficiles de la vie de la maison sont d’ailleurs jouées, au théâtre, par les professionnels. Ils mettent en scène la vie de la maison et aussi les sujets qui fâchent comme les refus de soin, de s’habiller, de se laver, la sexualité, l’intimité, le respect du rythme, des choix, des repas, les relations avec les familles… ​“Sur scène, il est plus facile d’analyser la portée des mots, mais aussi des gestes », explique la directrice. Elle prépare la reprise de ces représentations qui s’étaient arrêtées suite à la crise sanitaire du Covid.


Un des sept chats actuels de la maison rôde au rez-de-chaussée et vous invite à visiter l’épicerie​“Au fil du temps” qui accueille les habitants. Accompagné des professionnels en tee shirts de couleur, ils viennent faire leurs courses pour la vie de leur village : de la farine, du sucre pour un gâteau, des pommes pour le dessert… Un espace ” cinéma” en face de l’épicerie organise des projections de jour comme de nuit, pour les noctambules.


L’enjeu c’est l’autonomie, la citoyenneté, la liberté, explique la directrice qui est aussi ​“madame le maire” de Kersalic.

Face aux bureaux ​“municipaux”, au centre bourg, le​“café de la mairie” vous attend. Son joli bar rouge et noir a été donné et retapé. Ses tables et chaises de bistrot, elles-aussi récupérées, accueillent à toute heure. En ces temps de fortes chaleurs : le bar à glaces fait des heureux.

Vient ensuite la grande salle du Restaurant-Brasserie​“Aux papis et Mamies”. Elle a été réaménagée pour créer différents espaces autour du grand bar d’hôtel lui aussi d’occasion. Les tables dressées attendent leurs clients alléchés par les propositions des grands menus. Les habitants viennent y déjeuner, sur réservation, autant de fois qu’ils le souhaitent. Idem pour le personnel qui viendra déjeuner en tenue civile. Les invités sont aussi bienvenus. De l’apéro au dessert, les plats sont faits maison à partir de produits locaux, affirme Alain Scheny le chef de cuisine.


Fiche rédigée par Domnique Thierry, après interview de Mikael Quelin et à partir d’un article de Annie de Vivie ( Age Village Bienvenue sur agevillage.com - agevillage) Juillet 2022


26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le bien manger à Mouans-Sartoux

La commune de Mouans-Sartoux est remarquable. Sur 13 ans elle a réussi à lier production locale bio et éducation au bien manger en impliquant tous les habitants

Le portrait de Quentin

Un jeune médecin s'engage bénévolement auprès de personnes en grande difficulté , en particulier de migrants

Comentários


bottom of page