top of page
  • Photo du rédacteurAdministration ADELIS

Une Maison de Santé pluridisciplinaire à Charleval (Eure)

Dernière mise à jour : 29 juil. 2023

A Charleval (Eure), une maison de santé a ouvert ses portes en 2021. Trente-et-un professionnels y travaillent, assurant soins, prévention et information. Comment sont-ils arrivés dans un désert médical où le seul médecin se désespérait ?


Si tu veux construire un bateau, ne rassemble pas tes hommes et femmes pour leur donner des ordres, pour expliquer chaque détail, pour leur dire où trouver chaque chose… Si tu veux construire un bateau, fais naître dans le cœur de tes hommes et femmes le désir de la mer. »”


Un capitaine, sa vigie et son équipage

Cette belle phrase d’Antoine de Saint-Exupéry est la devise de la Maison de Santé pluridisciplinaire de Charleval (Eure) et de son équipe, surnommée « Equipage Santé St Exupéry ». Le capitaine (et président), c’est le docteur Bertrand Fisset. L’histoire a commencé comme un cauchemar. Bertrand Fisset qui, dans sa jeunesse, a été le plus jeune médecin de son territoire l’est resté bien longtemps tandis que ses collègues partaient à la retraite les uns après les autres. Pendant cinq ans, il a lancé des appels à l’aide. En vain. En 2012, il a fait part de ses difficultés à une patiente, Valérie Payen, directrice du Centre social Espace Libre de Charleval. Après avoir réalisé un premier diagnostic qui identifiait les souffrances et les compétences du territoire, elle a proposé une réunion aux professionnels de santé. Onze personnes (plus Valérie) y ont assisté. « Nous ne nous connaissions pas, se souvient le docteur Fisset. Nous prenions nos gardes à tour de rôle, nous étions complètement isolés et très individuels. »


Valérie a été missionnée pour construire, avec tous les acteurs du territoire (devenu en 2014 la communauté de communes), un projet de santé, une maison de santé pluridisciplinaire ainsi qu‘un réseau permettant un maillage entre les différents professionnels.



Il a fallu s’apprivoiser

« J’ai été sidérée de m’apercevoir qu’ils ne se connaissaient pas entre eux et qu’ils connaissaient encore moins le monde médico-social et le monde social. Il a fallu s’apprivoiser ». Les dîners qu’elle a instaurés après chaque réunion y ont beaucoup contribué. Il a fallu aussi faire travailler le public avec le privé et affronter l’opposition virulente de certains professionnels.


Peu à peu le projet a pris corps sans faire appel à des consultants externes, comme aime à le souligner Valérie Payen, devenue la vigie du bateau. « Cela n’a pas de sens de parachuter des consultants. Si l’on veut que les professionnels et les citoyens s’approprient un projet, il doit être élaboré par les gens du cru. » Elle a eu à cœur de rencontrer des structures du même type puis de constituer un équipage et de conforter un leader, le docteur Fisset.


Trente-et-un professionnels sur le pont

Au grand bonheur des habitants, la Maison de santé a ouvert ses portes en 2021. L’équipage santé compte 31 professionnels : médecins, infirmières, kinés, ostéopathe, sage-femme, pédicures-podologues, diététicienne, ergothérapeute, psychologues, psychomotricienne… Des chirurgiens y donnent aussi des consultations. Et parmi les généralistes, on trouve de jeunes médecins. Comment a-t-on réussi à les attirer dans une commune de 1734 habitants ? De deux façons. La première : le docteur Fisset est devenu enseignant, ce qui lui a permis de rencontrer de nombreux étudiants et d’accueillir des internes tandis qu’un de ses confrères accueille des externes. Et aussi, et surtout, en tenant compte de leurs aspirations. « Les jeunes nous rient au nez quand nous évoquons les horaires qui étaient les nôtres, ils veulent travailler en équipe. C’est pour cela que j’ai quitté le train de l’ancienne génération qui ne va nulle part. J’ai changé de train », raconte le médecin.


Le bénévolat : un bon remède

La Maison de santé a aussi un rôle d’information et de prévention, proposant par exemple des dépistages du cancer du sein, des réunions pour arrêter de fumer, un café des aidants… Pendant l’épidémie de Covid, le centre social Espace Libre a coordonné le dépistage et la vaccination avec les professionnels de santé du territoire et des bénévoles qui se sont mobilisés pour accompagner les habitants ou aider à remplir les formulaires.


Depuis 2013, toute l’année les bénévoles accompagnent vers les tribunaux ou à des consultations médicales auxquelles ils assistent si la personne le souhaite. Le docteur Fisset insiste sur le rôle des bénévoles qui ont participé à l’aménagement de cette maison où ils se sentent chez eux. « Quand les patients deviennent bénévoles, les ordonnances de médicaments diminuent ! » Le bénévolat, cela fait du bien aux autres mais aussi et surtout à soi !


Un CPTS et sa présidente

En 2021, l’Agence régionale de santé a proposé à la Maison de santé de Charleval de constituer une communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS). Créé en 2012 par la loi de modernisation du système de santé, ce dispositif souple a vocation à rassembler les acteurs de santé d’un territoire afin de mieux coordonner leurs actions. La CPTS l’Armada de l’Andelle a été créée en octobre 2022, Valérie Payen a été très émue quand les professionnels de santé lui ont proposé d’en devenir la présidente car c’est sans doute la première fois que ce poste revient à un professionnel du social. Tout un symbole !


(décembre 2022)



25 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le bien manger à Mouans-Sartoux

La commune de Mouans-Sartoux est remarquable. Sur 13 ans elle a réussi à lier production locale bio et éducation au bien manger en impliquant tous les habitants

Le portrait de Quentin

Un jeune médecin s'engage bénévolement auprès de personnes en grande difficulté , en particulier de migrants

Komentarze


bottom of page